Apnée du sommeil : 7 perceptions à remettre en question

Dans un précédent article, nous avons discuté de l’importance de prendre soin de sa santé et du dilemme que posent parfois les répercussions d’un traitement sur le bien-être et la qualité de vie.

Les contraintes et difficultés sont souvent bien réelles et influent alors sur la décision de la personne. À d’autres moments, ce sont des perceptions ou encore un manque d’information à l’égard du trouble et de son traitement qui peuvent l’influencer.

Par exemple, certaines perceptions peuvent amener une personne à négliger de consulter son médecin, malgré la présence de symptômes. D’autres amènent la personne à ne pas tenir compte du diagnostic et à ne pas donner suite aux recommandations du spécialiste d’adhérer au traitement proposé. Enfin, plusieurs personnes décideront de ne pas maintenir leur thérapie ou leur traitement en raison d’inquiétudes légitimes, qu’une information juste pourrait dissiper.

Voici quelques-unes de ces perceptions ou croyances ainsi que des éléments permettant de rétablir les faits :

1. Seules les personnes de 40 à 60 ans peuvent souffrir d’apnée du sommeil.

L’apnée du sommeil peut toucher les hommes, les femmes et les enfants de tous âges. Toutefois, certaines personnes présentent davantage de facteurs de risque. Par exemple, dans la tranche d’âge de 30 à 60 ans, les hommes sont plus touchés que les femmes.

 2. Seules les personnes qui ont un surplus de poids risquent de souffrir d’apnée du sommeil.

L’apnée du sommeil peut être causée par plusieurs facteurs, dont la forme du visage et du cou, la taille des voies respiratoires supérieures et des amygdales, l’âge, le sexe, un surplus de poids, des allergies, la consommation d’alcool ou de médicaments, et le tabagisme. Les personnes qui souffrent d’hypertension (haute pression), de problèmes cardiaques, de dépression, de diabète  et d’hypothyroïdie présentent aussi un risque accru.

3. L’apnée du sommeil est héréditaire.

 L’apnée du sommeil n’est pas héréditaire, même si les membres d’une même famille peuvent être aux prises avec ce trouble, en raison d’un facteur de risque commun (obésité, forme du visage particulière).

4. Si je reçois un diagnostic d’apnée du sommeil, je ne pourrai plus conduire ma voiture.

Une personne souffrant d’apnée du sommeil non traitée court plus de risques d’être impliquée dans un accident de la route. Le traitement vient corriger ce risque accru. Une fois le traitement amorcé, vous pouvez donc continuer à conduire votre voiture. Il est toutefois requis de déclarer votre diagnostic d’apnée du sommeil et le traitement utilisé afin d’être couvert en cas d’accident.

5. Les appareils à pression positive continue (PPC/CPAP) sont bruyants et encombrants.

Les appareils à PPC pèsent de 2 à 4 kilos. Leur taille est comparable à celle d’une boîte de mouchoirs de papier, ce qui facilite leur transport. Ceux développés récemment par les fabricants sont de plus en plus silencieux. Au début du traitement, une adaptation peut être nécessaire pour vous et votre partenaire de vie, mais cela ne constitue plus vraiment un enjeu quant à la poursuite du traitement. Notez par ailleurs que le bruit peut être dû à un mauvais ajustement du masque respiratoire ou encore à un appareil qui est arrivé en fin de vie et qui devrait être remplacé (la fréquence de remplacement recommandée est de 5 ans).

 

6. S’habituer à la thérapie par PPC est difficile et long.

La majorité des patients s’habituent rapidement, malgré la gêne éprouvée en début de traitement. Souvent, l’énergie retrouvée grâce au traitement les aide à traverser cette période d’adaptation et à persévérer. Si vous éprouvez de la difficulté sur une période plus longue, il est conseillé de consulter votre spécialiste pour vérifier le fonctionnement de votre appareil et vous assurer que le masque respiratoire vous convient.

 7. J’ai la peau sensible; je ne pourrai pas porter un masque respiratoire de façon quotidienne sans subir de nombreux inconforts et irritants.

 Si votre peau est fine ou facilement irritée, ou encore que vos yeux sont sensibles à l’air, le port du masque respiratoire au quotidien peut représenter un défi. Les accessoires de confort, notamment le Facembrace, peuvent vous aider à persévérer. Le Facembrace est une membrane douce et légère, conçue spécifiquement pour protéger la peau de votre visage contre ces inconforts et vous offrir des matins rayonnants!

La bonne information mène aux meilleures décisions, celles qui vous permettent de prendre soin de votre santé et de votre bien-être, tout à la fois.

Suivez-nous sur Facebook pour avoir un accès privilégié à nos publications et à de l’information pertinente.

Pin It on Pinterest